Déshydrateur de biodéchets pour la restauration

Questions les plus fréquentes.

Geb Solutions répond à vos questions ...

Partage d’expériences

Nous partageons sur cette page les réponses aux questions fréquemment posées par nos clients.

Le substrat peut-il être utilisé en méthanisation ?

Le substrat Geb est un « intrant » qui vient compléter les autres déchets agricoles. Son potentiel méthanogène le rend très attractif pour les unités de méthanisation qui peuvent atteindre des meilleurs rendements.  Mais elles aiment également le fait que le substrat soit sec : ils peuvent ainsi le stocker et l’utiliser quand les intrants manquent.

La production de méthane par tonne de matière organique est de 425 M3, soit un rendement de 17 fois supérieur à celui des intrants usuels (lisier, fumier, …)

Le substrat issu des machines Geb solutions est-il un déchet ?

Oui, il doit être  réglementairement considéré comme un déchet. Geb en assure la collecte et le valorise en biogaz ou en compost.

Quelle est l’incidence de votre process sur le bilan carbone ?

Avec une réduction par 5 du volume de déchets à transporter et un rendement fertilisant bien supérieur à celui que présente le compost, il est logique d’obtenir un bilan carbone largement positif.

Participez-vous à des commissions sur les engrais ?

Georges Couasné, Pdg et directeur technique est membre du Bureau de Normalisation des Fertilisants (BNFERTI), sous mandat de la DGAL (Ministère de l’Agriculture)

Au Sein du BNFERTI, Geb solutions est membre de la commission Dénominations, Spécifications et Marquage (DSM)

Geb solution participe également en tant qu’expert à différents groupes de travail   :

– Au groupe de travail sur les Amendement Organiques (GT AO)
– Au groupe de travail sur les engrais organiques (GT EO)
– Au groupe de travail sur les digestats de méthanisation (GT «   digestats   »)

Ces groupes de travail sont en charge de rédiger les normes éditées par l’ AFNOR après validation du Ministère.

L’eau rejetée est elle conforme ICPE ?

L’eau rejetée est à prendre en compte avec les rejets globaux de l’établissement, comme tout matériel de cuisine ou comme les sanitaires.
Les rejets maximum d’une Geb 100 pour un cycle sont de : MES (Matières en suspension) : 0,16 gramme DCO totale : 248 grammes DBO5 totale : 120 grammes
Ces chiffres sont à mettre en rapport avec les rejets (cuisine, sanitaires, etc..) d’un établissement faisant 500 ou 600 repas/jour.

Le produit fini est vraiment stable, sachant qu’il doit être stocké ?

De par leur traitement thermique contrôlé (plus de 4 heures à 80°), nos machines produisent un substrat organique sec (moins de 4 % d’humidité), stabilisé et hygiénisé.

Le produit reste stable tant qu’il n’est pas ré-humidifié.

 

Les denrées introduites dans la machine pour produire le substrat sont toutes des matières agréées pour l’alimentation humaine. Il est exact qu’il peut y avoir eu utilisation de pesticides pour produire ces denrées, mais leur faible concentration les rend indétectables aux analyses.

Le fertilisant obtenu n’est en rien comparable au compost (pas de dégradation biologique) et il ne peut être mélangé à un produit humide (le compost est encore humide à 60-70 %) sans se dégrader rapidement.

Le compost est une matière comportant de nombreux organismes vivants (bactéries, micro organismes). Notre fertilisant, lui, en est exempt. [/toggle]

Quelle est la consommation d’énergie d’une machine Geb ?

Les machines sont optimisées en terme de consommation électrique. A titre d’exemple, une machine Geb 100, qui traite donc 100 KG par jour de restes organiques,  génère un coût mensuel inférieur à 50€. Un autre avantage est que la restauration n’a plus besoin de réfrigérer son local déchet car, avec le traitement quotidien de transformation en poudre, il n’y a plus de matière fermentescible !

Une autre question ?

  1. (obligatoire)
  2. (email valide obligatoire)
 

cforms contact form by delicious:days

Back to Top