Déshydrateur de biodéchets pour la restauration

Revue de Presse.

On parle de nous dans la presse !

 

Les articles

 

L’Angelick, quand un restaurant gastronomique innove autant en cuisine qu’en arrière-cuisine

Après avoir trouvé sa place dans les cuisines du chef étoilé Jacques Marcon, Geb Solutions a gagné la confiance d’un autre nom de référence en matière de gastronomie : le restaurant L’Angelick, qui voit défiler sur ses tables les créations culinaires du chef Yannick Janin.

Lire l’intégralité de l’article


Agenda France 2030 : affiner ensemble nos objectifs de Développement durable

 

Geb Solutions a répondu aux questions du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer pour préciser les priorités en matière de Développement durable d’ici à 2030. Et vous ?

Lire l’intégralité de l’article


Selon Les Échos, le traitement intelligent des biodéchets doit encore gagner en ampleur

 

Peuvent encore (largement) mieux faire. C’est le bilan provisoire qu’établit la journaliste du journal Les Échos Marion Kindermans (spécialiste, notamment, des PME) sur la question du traitement des biodéchets par leurs producteurs.

Lire l’intégralité de l’article


Geb Solutions ravi d’avoir participé aux Journées nationales de la restauration et de l’hôtellerie hospitalières

Les 7 et 8 avril derniers, l’Association culinaire des établissements hospitaliers de France (ACEHF) organisait son grand salon dédié aux services de restauration dans les hôpitaux, Ehpad et autres structures affiliées. Geb Solutions a répondu présent.

Lire l’intégralité de l’article


« Demain » : quand les César couronnent le grand documentaire sur l’intelligence écolo et sociétale

Le film Demain, signé Cyril Dion et Mélanie Laurent, a remporté le César du meilleur documentaire lors de l’édition 2016 des César. Geb Solutions a aimé cet encouragement à l’action individuelle et défend le message du film : agir pour la planète, c’est possible et ça n’est pas si difficile que ça.

 

 

Lire l’intégralité de l’article


Cité scolaire Pasteur (Neuilly) : une attitude 100 % intelligente et responsable face aux déchets alimentaires (2/2)

Deuxième volet de notre enquête de terrain : au sein de la Cité scolaire Pasteur de Neuilly, la direction compte bien ne pas limiter son action au simple respect des règles en matière de valorisation des biodéchets. C’est une politique volontaire et large qui est mise en place, pour lutter contre le gaspillage alimentaire, à toutes les étapes.

 

Lire l’intégralité de l’article


Cité scolaire Pasteur (Neuilly) : une attitude 100 % intelligente et responsable face aux déchets alimentaires (1/2)

Petit à petit, les établissements scolaires de France se plient à l’obligation de valorisation des biodéchets issus de leurs cantines. À Neuilly, la Cité scolaire Pasteur semble bien décidée à ne pas limiter son engagement au simple respect des normes en vigueur : ici, c’est bel et bien une stratégie complète et volontaire de lutte contre le non-sens du gaspillage alimentaire qui est en passe d’être déployée.

 

Lire l’intégralité de l’article


Les hôtels s’engagent plus nombreux dans la valorisation des biodéchets

Quand un grand restaurant ne se juge pas seulement à la qualité de sa carte mais aussi à sa stratégie Développement durable : à Nice, l’hôtel Martinez fait figure d’exemple à suivre.

Lire l’intégralité de l’article

Geb Solutions prêt à équiper tous les lycées de Bourgogne

La région Bourgogne s’est fixé pour objectif d’équiper les 64 lycées de l’académie de déshydrateurs Geb Solutions à l’horizon 2018. Actuellement, ce sont d’ores et déjà 10 lycées qui testent la solution éco-responsable proposée par Geb Solutions.

Lire l’intégralité de l’article

Geb Solutions répond présent au salon Restau’Co 2015

Geb Solutions a participé au grand rendez-vous de la restauration collective qui s’est déroulé le mercredi 4 novembre dernier. L’occasion de mettre en avant la technique optimale de déshydratation des biodéchets.

 

Lire l’intégralité de l’entretien

2016, année-clé pour la valorisation des biodéchets

Pour de nombreux professionnels de la restauration, la fin d’année rimera avec transition. Au 1er janvier 2016, les normes imposées par le Grenelle 2 de l’Environnement en matière de biodéchets changent à nouveau. Certains établissements, à l’image de l’hôtel Martinez, à Cannes, savent donner l’exemple.

 

Lire l’intégralité de l’entretien


Entretien avec José Segundo, directeur de D.S.E.

Depuis 2010, la société D.S.E. se positionne comme l’un des promoteurs actifs d’outils et produits intégrant la logique développement durable dans le sud-est de la France, et depuis peu dans le Haut-Rhin et le Bas-Rhin. Si « Diffusion Solutions Écolo » est d’abord un spécialiste des produits d’entretien bio, la société s’intéresse aussi, depuis trois ans, au traitement éco-responsable des biodéchets. Son directeur, José Segundo, explique son action dans le détail et parle du partenariat établi avec Geb Solutions.

Lire l’intégralité de l’entretien


Depuis plus d’un an, l’Institut Pasteur valorise ses biodéchets

L’Institut Pasteur et le respect de l’environnement, ce n’est pas une histoire nouvelle : la fondation est signataire, depuis juin 2010, du Pacte Mondial des Nations Unies, et n’est pas en reste d’actions concrètes prises pour mener le combat du Développement durable. Sur la question de la valorisation des biodéchets, c’est à Geb Solutions qu’a décidé de faire confiance l’Institut Pasteur.

Lire l’intégralité de l’entretien


Le défi des circuits courts

Implantée en région lyonnaise, la société Aria-Services se positionne comme spécialiste de la restauration collective et des services hôteliers. Elle intervient aussi bien dans les établissements de santé qu’en entreprise ou en événementiel. Son mot d’ordre : le qualitatif avant tout. Et le choix de la qualité, ici, ne passe pas seulement par le choix des produits : il intègre aussi un comportement responsable face aux restes alimentaires.

Lire l’intégralité de l’entretien


Entretien avec Gilles Barnabé, directeur d’Aria-Services

Implantée en région lyonnaise, la société Aria-Services se positionne comme spécialiste de la restauration collective et des services hôteliers. Elle intervient aussi bien dans les établissements de santé qu’en entreprise ou en événementiel. Son mot d’ordre : le qualitatif avant tout. Et le choix de la qualité, ici, ne passe pas seulement par le choix des produits : il intègre aussi un comportement responsable face aux restes alimentaires.

Lire l’intégralité de l’entretien


Comment utiliser les restes alimentaires ?

Image 14

Nos conseil pratiques pour atteindre l’objectif « zéro gaspillage ». Geb Solutions ne pense pas seulement au traitement intelligent des résidus organiques : le défi, c’est aussi ne pas jeter ce qui est consommable ! Ou comment utiliser au maximum les ingrédients dont vous disposez sur votre plan de travail. Petite leçon de cuisine responsable !

Lire l’article

Jacques Marcon, chef étoilé, éco-attentif et éco-actif, travaille avec la machine Geb SolutionsImage 40

 

Jacques Marcon officie depuis 2004 aux côtés de son père, Régis Marcon, sur les hauteurs de Saint-Bonnet-Le-Froid, en Auvergne. Il nous explique pourquoi il s’est tourné vers Geb Solutions pour traiter ses biodéchets.

Lire l’intégralité de l’entretien


Image 45

 

La préoccupation écologique est une question qui fait sens au sein de l’École des Officiers de la Gendarmerie nationale : l’EOGN a fait le choix de Geb Solutions pour traiter ses biodéchets.

Lire l’intégralité de l’entretien


Image 47Entretien avec Didier Varenne, responsable Restauration du Centre hospitalier de Bligny

Implanté sur le territoire des communes de Fontenay-les-Briis et Briis-sous-Forges, dans l’Essonne, le Centre hospitalier de Bligny est une structure importante, qui propose quelque 365 lits et qui est animée par une équipe médicale large. Dès la mi-mai, l’hôpital aura recours aux équipements Geb Solutions pour le traitement des déchets organiques issus de son service restauration. Didier Varenne, Responsable Restauration, explique le choix de Geb Solutions pour faire un pas supplémentaire sur le chemin de l’éco-responsabilité.

Sensibilisation du public à l’enjeu des biodéchets, efficacité et éco-responsabilité : découvrez l’intégralité de notre entretien avec Didier Varenne et les raisons du choix de Geb Solutions au Centre hospitalier de Bligny.

 

 


Geb Solutions sur tous les fronts du Développement Durable

Pour la 12ème Semaine du Développement Durable, qui s’est déroulée début avril, en portant en bannière le slogan « Consommer autrement », les équipes de Geb Solutions ont assuré une présence in situ dans l’enceinte d’un grand laboratoire français qui, depuis plusieurs mois, fait confiance aux machines Geb pour le traitement intelligent des biodéchets issus de son restaurant d’entreprise.

Lire l’intégralité de l’article


 

la-cuisine-collective

“ Une transformation des déchets
en matière sèche ”

À la faculté d’Orsay, l’ensemble des déchets alimentaires sont collectés dans des bidons de 20 litres spécialement prévus à cet effet. Le contenu des bidons est ensuite versé dans une machine Geb Solutions de type Geb 100. Une fois remplie, la Geb 100 est mise en route et le processus de traitement démarre pour une durée variant de 10 à 14 heures. Les déchets sont brassés et chauffés afin de séparer la partie liquide (80% est de l’eau) de la matière sèche (20% de matière organique) . Sur ce site, l’eau rejetée n’est pas exploitée mais rejetée dans le circuit des eaux usées.

La valorisation de la matière sèche produite se fait avec un céréalier-boulanger, présent sur le plateau d’Orsay. Il passe une fois par mois récupérer les 400kg de matière sèche produite à partir des déchets organiques. Il utilise cette sorte de compost comme engrais pour produire des céréales et fabrique ainsi du pain bio pour les restaurants de la faculté d’Orsay.
La collaboration entre la faculté d’Orsay et un céréalier-boulanger présent localement a permis, tout en limitant au maximum le transport, un retour à la terre des déchets alimentaires traités. Une fois par mois, les 400kg de matières sèches produites sont récupérées afin de fertiliser les champs céréalier.


 

la-stampa-it

LA STAMPA.it

“ La Technologie française à l’hôpital
Vincenzo Amato ”

10.02.2013 – Traduction d’un extrait
 Oméga, au Centre Orthopédique de Quadrante une machine produit de l’humus avec des restes de cuisine

Une telle idée ne pouvait venir qu’aux français. Ils ont mis en pratique, dans le
 domaine du recyclage et du traitement des déchets organiques, le principe du
 père de la chimie Antoine Lavoisier : rien ne se crée et rien n’est
détruit , mais tout est recyclé – explique Mauro Carducci,
Directeur du COQ, le Centre Orthopédique de Quarante – “ nous avons installé et mis efonction, à titre expérimental pendant environ un mois, une machine capable de convertir les déchets alimentaires et les déshydratant.

En pratique cela prend quelques heures au lieu de ce qu’il faut normalement : trois ou quatre mois, avec des avantages vous pouvez facilement l’imaginer. ”
La machine, qui ressemblait à une machine à laver industrielle, vient d’arriver en Italie pour la première fois grâce à la firme française Geb-Solutions qui collabore déjà avec la centrale de restauration Elior, la société qui fournit les repas à l’hôpital Madonna del Popolo, et la Générale de Santé, partenaire privé du COQ.
« C’est un déshydrateur – nous a déclaré Giorgio Rampinini de chez Elior – nous sommes heureux de pouvoir le tester: cela peut représenter dans un futur proche une solution idéale pour l’élimination des déchets alimentaires ».

L’opération est simple: il suffit d’introduire les déchets des repas et la machine fait tout toute seule. « Elle déshydrate les aliments et restitue une poudre, un terreau, un humus qui peuvent être utilisés comme d’engrais, et de l’eau bien sûr, mais aucune odeur ne se dégage – nous dit le responsable de la Geb Frédéric Gilardone. Le processus, pour 30Kg de produit dure six à huit heures. Si cela est fait avec des méthodes traditionnelles il y faudrait pas moins de trois mois. »

Les avantages sont aussi économiques: le recyclage d’une tonne de déchets biologiques coûte en moyenne 80 euros, auxquels il faut ajouter le coût du transport, la collecte et la maintenance des équipements, en plus des couts de personnel. Avec ce nouveau système, le coût se réduit à l’achat de la machine, dans ce cas, environ 20.000 €.
La machine a été conçue pour des communautés ou des supermarchés …


 

notre-planete

notre-planete.info

“ La restauration produit trop de déchets alimentaires ”

Alors que le gaspillage alimentaire est enfin dénoncé, la restauration collective est pointée du doigt par l’ADEME comme l’un des plus importants producteurs de déchets alimentaires.

Avec plus de 7 milliards de repas servis chaque année, le secteur de la restauration est l’un des plus importants producteurs de déchets issus de l’alimentation. Ainsi, en France, le secteur de la restauration (commerciale et collective) produit environ 900 000 tonnes de déchets alimentaires par
an : denrées périmées, rebuts de préparation, reliefs de table

« Derrière ce chiffre global se cache une double réalité, explique Philippe Thauvin, ingénieur au service Prévention et Gestion des déchets de l’ADEME, la restauration commerciale – hôtels, restaurants, traiteurs, débits de boisson… – produit environ 400 000 tonnes de déchets annuels, soit environ 9 tonnes par établissement. La restauration collective (en milieu scolaire, social, hospitalier…) génère un volume de déchets similaire – 500 000 tonnes –, mais avec un ratio de 15 à 16 tonnes par établissement. »
Ces déchets contribuent au gaspillage alimentaire qui atteint en Europe, 280 kg par habitant et par an selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), en prenant en compte l’ensemble de la chaîne alimentaire.
Ce gâchis n’est pas une fatalité : les déchets alimentaires peuvent être récupérés et valorisés et encore mieux, évités avec quelques règles de bon sens. « La prévention reste cependant la première action indispensable. » souligne l’ADEME.

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3647_restauration_dechets_alimentaires.php


 

“ Une machine pour valoriser les déchets en engrais ”

Article paru dans le Dauphiné Libéré

Article paru dans le Dauphiné Libéré

Extrait : « Bien plus qu’une simple avaleuse de déchets organiques, cette machine est en réalité équipée d’un système de déshydratation thermique qui permet de revaloriser les déchets alimentaires. Ce processus permet de séparer l’eau (75% du produit initial) d’un produit résiduel sec et rendu parfaitement stérile … »

 

 


Biodéchets : les obligations réglementaires se précisent

À compter du 1er janvier 2012, les « gros producteurs » de déchets fermentescibles seront tenus de les faire traiter en vue de faciliter leur retour à la terre sous forme d’amendements organiques.
Ces dispositions prévues par l’article 204 de la loi Grenelle II, feront l’objet d’un décret et d’un arrêté, actuellement en cours de validation par le Conseil d’Etat et qui devraient être publiés cet été.

http://www.actu-environnement.com/ae/news/biodechet-obligation-valorisation-grenelle-gros-producteurs-12806.php4

Retour en haut ^

Back to Top