Les hôtels sur le point de s’engager plus nombreux dans la valorisation des biodéchets

En tant que producteurs importants de déchets organiques, les établissements du secteur hôtelier tombent directement sous le coup des normes imposées par le Grenelle 2 de l’Environnement : dès le 1er janvier 2016, toutes les structures servant au moins 100 couverts par jour seront de fait dans l’obligation de traiter et valoriser leurs résidus alimentaires in situ, sous peine d’être sanctionnées.

Certains établissements n’ont pas attendu pour s’aligner sur les nouvelles obligations en matière d’éco-responsabilité et de traitement intelligents des biodéchets.

Quand la Riviera fait le pari gagnant de la déshydratation

C’est le cas de l’hôtel Martinez qui, en plus d’être une référence du secteur hôtelier, fait désormais figure de précurseur, au niveau local, en termes de valorisation des déchets organiques : il s’agit en effet du premier établissement hôtelier cannois à avoir choisi d’installer un déshydratateur de déchets alimentaires dans ses cuisines. La machine, une Geb 300, produite par Geb Solutions et distribuée dans la région par la société D.S.E., permet de réduire de façon simple et rapide le volume des déchets alimentaires, en les débarassant de la grande quantité en eau (80 à 90 %) dont ils sont alourdis.

Crédit photo : Nice Matin